Catalogne: Identité nationale et relations internationales

Une contribution a la création d’une identité européenne au-delà du niveau étatique

M. Àngel Cortadelles i Bacaria

Directeur Général des Relations Internationales – Gouvernement de la Catalogne

Assemblée Générale de l’ARE

Udine, 8 novembre 2007

L’IDENTITÉ CATALANE EN EUROPE

La Catalogne a forgé une identité propre depuis le moyen âge. Il s’agissait, dès lors et maintenant, d’une identité européenne.

C’est la Catalogne qui a vu naître le premier Parlement d’Europe et, déjà au XIème siècle, toutes les autorités catalanes se sont rassemblées dans une ville actuellement française pour parler de la paix en Europe. La « Generalitat », nom de l’institution de gouvernement de la Catalogne, existait déjà au XIVème siècle.

En 1714, suite à la victoire des partisans de la dynastie des Bourbons à la guerre de succession espagnole, toutes les institutions catalanes furent supprimées. Grâce au maintien de son identité et de ses aspirations politiques, la Catalogne récupéra son autonomie pendant la II République espagnole, en 1932, mais cette période fut brève car la guerre civile (1936-39) et la dictature du général Franco (1939-75) supprimèrent à nouveau l’autogouvernement jusqu’à la récupération de la démocratie en Espagne à la fin des années 70.

Aujourd’hui la Catalogne a une place particulière dans le puzzle européen.

Avec une population de sept millions d’habitants, elle a un PIB similaire à celui de la Finlande, l’Irlande ou la Hongrie. En outre, le nouveau Statut d’autonomie, approuvé par referendum en juin 2006, élargit ses compétences, notamment en ce qui concerne son action européenne et internationale.

RELATIONS INTERNATIONALES DE LA CATALOGNE

Le Statut de 2006 prévoit pour la première fois des chapitres spécifiques sur l’action extérieure du gouvernement catalan et à sa participation sur la scène européenne et internationale.

Depuis le début des années 80, le rôle des régions dans le contexte européen a changé radicalement. Les Etats ne sont plus les seuls acteurs dans des forums internationaux et, particulièrement, au sein de l’Union européenne.

En outre, le nombre d’autorités sous-étatiques en Europe a augmenté substantiellement, grâce aux processus de décentralisation dans plusieurs Etats membres de l’UE, et la création des nouveaux canaux d’influence dans la prise de décisions au sein de l’UE, comme le Comité des Régions, même si son étendue est mitigée.

Bien que les relations internationales restent une compétence des Etats, les autorités sous-étatiques jouent un rôle de plus en plus important. Cet esprit est repris dans le Statut d’autonomie de la Catalogne, que je vais vous présenter plus en détail.

Le nouveau Statut d’autonomie

Le Statut confère à la Generalitat le devoir d’impulsion de la projection de la Catalogne à l’extérieur et la promotion de ses intérêts dans ce domaine, dans le respect de la compétence de l’Etat en matière de relations extérieures. La Generalitat peut aussi mener des actions de projection extérieure en vertu de ses propres compétences.

En ce qui concerne les relations avec l’UE, le Statut reconnaît, notamment, que la position exprimée par le gouvernement de la Catalogne est déterminante dans la formation de la position de l’Etat quand il s’agit des matières sur lesquelles la Catalogne a une compétence exclusive. En outre, il prévoit la participation du Parlement de la Catalogne aux procédures de contrôle des principes de subsidiarité et de proportionnalité.

Le Statut offre plusieurs instruments en matière d’affaires extérieures: l’ouverture des délégations à l’extérieur, la signature d’accords de collaboration, dans le domaine de ses compétences, avec d’autres régions ou Etats, et la participation aux organisations de coopération transfrontalière et interrégionale.

Le Statut prévoit également le devoir d’information à la Generalitat par l’Etat quand il s’apprête à signer des traités internationaux sur des matières qu’affectent directement les compétences de la Catalogne, et le droit de participation de la Catalogne au sein des organisations internationales, notamment l’UNESCO.

Finalement, le Statut responsabilise la Generalitat de la promotion de la projection internationale des organisations sociales, culturelles et sportives de la Catalogne, et de la promotion des liens avec les communautés des catalans à l’extérieur.

L’action de la Catalogne en Europe et à l’international ne s’appuie, donc, pas seulement sur des institutions mais aussi sur la société civile, car c’est l’ensemble qui configure l’identité catalane.

Le Secrétariat aux Affaires Extérieures

Je vais exposer maintenant les priorités de la Catalogne dans le domaine des relations internationales.

Le gouvernement actuel a pris possession après les élections au Parlement de la Catalogne en novembre 2006, formé par une coalition de trois partis (Partit Socialiste, ERC et Iniciativa per Catalunya-Verds). Considérant les caractéristiques distinctes des relations extérieures et des affaires de l’Union européenne -qui peuvent être considérés aujourd’hui comme des affaires domestiques- le gouvernement catalan a établi deux structures distinctes.

Le Secrétariat à l’Union européenne, rattaché au Département de la Présidence, est responsable des relations de la Catalogne avec les institutions communautaires, réalise de suivi des politiques du gouvernement relatives à l’UE et coopère avec el gouvernement central dans le but de définir les positions espagnoles dans les affaires européennes. Il est aussi responsable de la délégation du gouvernement auprès de l’Union européenne, qui a son siège à Bruxelles.

Le Secrétariat aux Affaires Extérieures, rattaché au Département de la Vice-présidence, a pour but la promotion et coordination de la politique extérieure de la Generalitat. Le Secrétariat est structuré en trois Directions Générales, d’accord avec les différents domaines d’action : DG Relations Internationales, dont je suis le titulaire, DG Coopération au développement et Aide humanitaire, et DG Projection international des organisations catalanes.

Priorités de la politique extérieure catalane

L’objectif prioritaire du gouvernement catalan est de faire de la Catalogne un acteur de premier niveau dans la scène internationale. Les politiques menés pour atteindre cet objectif sont les suivantes.

En premier lieu, nous travaillons pour développer des relations avec des gouvernements régionaux et nationaux européens et du reste du monde. Pour des raisons historiques, culturelles et économiques, les pays prioritaires pour l’établissement des relations ont été traditionnellement la France, le Portugal, le Maroc et l’Andorre.

Nous travaillons pour le développement des agendas bilatéraux avec ces pays. Notamment le Président de la Generalitat s’est rendu à Lisbonne en juillet pour discuter des affaires d’intérêt commun avec le Président et el premier ministre portugaises. Avec l’Andorre, nous allons signer un accord de coopération qui comprend des domaines de collaboration étroite entre les gouvernements andorran et catalan, tels que la culture, la jeunesse, la santé, la coopération au développement et les infrastructures.

Nous développons des relations également avec d’autres pays importants d’un point de vue économique et des relations commerciales : l’Allemagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l’Italie mais aussi les Etats Unis, le Japon, l’Inde et la Chine.

Finalement, nos relations avec certains pays d’Amérique (le Mexique, l’Argentine et le Chili) sont basées sur les liens « affectifs » qui nous unissent.

Le gouvernement de la Generalitat veut aussi renforcer ces relations par l’ouverture des nouvelles délégations à l’extérieur, notamment à Paris, inauguré le mois de septembre dernier, Berlin et New York, qui devraient être opérationnelles en 2008. Dans d’autres pays prioritaires y travaillent déjà des représentations économiques et culturelles.

En ce qui concerne la coopération régional, la Catalogne est engagée dans la promotion du rôle des autorités sous-étatiques en Europe, bien au delà de son appartenance à l’ARE. Elle participe des réseaux tels comme REGLEG (Conférence des Régions avec Pouvoir Législatif) -dont elle a exercé la présidence cette année, qui se terminera par la conférence des présidents à Barcelone la semaine prochaine-, la Communauté de Travail des Pyrénées (CTP), l’Association des Régions Frontalières d’Europe (ARFE), et l’association des Quatre Moteurs pour l’Europe, avec nos partenaires de Lombardie, Baden-Würtemberg et Rhône-Alpes.

Toujours dans le domaine régional, nous soutenons pleinement le projet de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerrané et l’Espace Catalan Transfrontalier. Ces projets sont une contribution unique et irremplaçable pour la construction de l’Europe réelle, de l’Europe sans frontières, pensée pour les citoyens.

Dans le domaine de la coopération au développement, le but est la consolidation de cette politique, avec une augmentation progressive des ressources pour arriver à y dédier 0,7% des ressources propres de la Catalogne en 2010.

Aussi dans ce domaine, la Catalogne a développé un modèle propre de coopération décentralisée, tant institutionnel que du point de vue des ONGs.

Finalement, le Secrétariat aux Affaires Extérieures travaille pour consolider les relations gouvernementales avec le système des Nations Unies, en particulier avec l’UNESCO. Le gouvernement catalan a déjà signé des accords avec d’autres organismes (FAO, PNUD, UNICEF) et fonds des Nations Unies. On peut souligner que la Catalogne a été le premier gouvernement sous-étatique à signer un accord pluriannuel avec la Campagne des Objectifs du Millénaire.

CONCLUSION

Après deux décennies d’autogouvernement, dans le contexte d’un monde globalisé et interdépendant et d’une Europe de plus en plus unie, la mise en œuvre d’une politique extérieure ambitieuse est une question d’importance majeur pour une nation sans Etat comme la Catalogne.

Ceci est fondamental parce que la pleine reconnaissance de notre réalité nationale a son origine dans la reconnaissance internationale, spécialement en ce qui concerne notre langue et culture propres, et aussi parce que le développement de nos compétences a souvent une composante qui traverse les limites administratifs de nos frontières.

L’identité catalane inspire ainsi notre politique extérieure, des relations avec l’Union européenne et de coopération transfrontalière et au développement. Conscients de nos particularités, nous ne volons pas être un simple spectateur de notre monde mais être aussi un acteur, grâce aux nouvelles possibilités offertes aux gouvernements sous-étatiques dans les relations internationales, aux instruments octroyés par notre Statut d’autonomie et à la volonté politique d’agir dans ce sens.

Ainsi, nous croyons que la nouvelle Europe sera celle qui se construit avec l’expérience non seulement des états mais aussi avec la volonté et le travail des pays sans état ou des régions.

Pour plus d’information : http://www.gencat.cat/afersexteriors

Laura Alcoverro / Àngel Cortadelles

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out /  Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out /  Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out /  Canvia )

S'està connectant a %s